Nuisibles

LES TIQUES

Les tiques sont des acariens qui passent une partie de leur cycle de vie au sol (éclosion, métamorphose et quête d’un hôte) et une partie (2 ou 3 stades) ancrées sur la peau de mammifère, se nourrissant de sang grâce à un rostre (appareil buccal). Les tiques peuvent mordre à chaque stade de leur développement : larve, nymphe et adulte. Chez les tiques adultes, seules les femelles mordent. Les femelles se nourrissent de sang et peuvent grossir de plus 20 fois après le «repas». Après de tels repas, elles peuvent pondre plusieurs dizaines à plusieurs centaines de milliers d’œufs (selon les espèces). Les prédateurs des tiques sont les reptiles, certains lézards et les taupes. Si vous trouvez un nid de tiques, il faut le brûler.

Les tiques, à travers leurs morsures, peuvent transmettre de nombreuses maladies et entre autre la maladie de lyme.

Vous pouvez consulter les brochures concernant les tiques ici :

LES CHENILLES PROCESSIONNAIRES

La chenille processionnaire du pin est un ravageur répandu sur une grande moitié sud de la France.

Sa progression vers le nord est un des marqueurs du changement climatique.

Ces pullulations, suivies depuis les années 1960, montrent une cyclicité de 6 à 8 ans. Au cours de l’année 2015, de nombreux foyers épidémiques sont apparus dans le sud de la région.

Néanmoins, sur la région Auvergne Rhône-Alpes l’insecte est présent de façon endémique. Le cycle présente des variations interannuelles d’abondance. L’observation des nids d’hiver et de la défoliation occasionnée sur les pins permet d’approcher le niveau des populations.

Si la défoliation ne provoque pour la majorité des arbres qu’une gène momentanée, la présence de poils urticants dans les nids et lors des déplacement des chenilles est une gène importante pour les usagers des forêts, bûcherons, promeneurs mais aussi chiens et bétail. Cette gène, qui dure habituellement de février à mai peut constituer un véritable problème de santé publique.

Aujourd’hui, la lutte s’organise autour des enjeux de santé publique. L’insecte étant largement présent il n’est pas envisageable où que ce soit , de penser l’éradiquer. Les moyens sont donc à adapter à la situation : arbre isolé, jardin, parc, forêt , à la saison et à l’objectif (protection de la forêt ou santé humaine). La lutte ne fait pas l’objet de dispositifs réglementaires à l’échelle nationale ou régionale. Toutefois, les communes peuvent être amenées à prendre des arrêtés municipaux lorsqu’elles sont confrontées à un risque sanitaire important.

Pour de plus amples informations, vous pouvez cliquer ici : lutter contre les chenilles processionnaires.

LA PYRALE DU BUIS

En cliquant ci-contre, vous trouverez un PDF explicatif sur la pyrale du buis, ainsi que la marche à suivre pour son élimination : Pyrale du Buis.

LE MOUSTIQUE TIGRE

Pour tout savoir sur le moustique tigre et comment s’en protéger : cliquez ici.