Mairie de Couzon-au-Mont-d'Or

au quotidien

découvrir couzon

Église, Madone et Croix Exemplaire

ÉGLISE SAINT MAURICE

De l’ancienne Eglise (XIIIème siècle), il ne reste que le clocher (inscrit au monument historique) formant la tour Sud/Est de l’ancien château. Il abrite 5 cloches datées de 1840 : Elisabeth – Caroline – Virginie – Marie et Joséphine réalisées par le fondeur Gédéon Morel. Elles ont remplacé celles fondues à Neuville au moment de la Révolution. La 6ème, la seule datant de l’ancien régime (vers 1550) était restée en place pour sonner le tocsin. Actuellement, elle sonne les heures.

L’ancienne église devenue vétuste et trop petite, elle a été en partie démolie en 1855 pour une construction plus vaste, place Ampère, la nouvelle église, érigée sur les plans de Pierre Bossan, architecte de Notre Dame de Fourvière.

La 1ère pierre a été posée en 1855 et la construction a été achevée entièrement (y compris le mobilier) en 1876. Sa consécration a eu lieu le 7 juillet 1889 par le Cardinal Foulon. Cette église, sous le vocable de Saint Maurice, est dédiée aux martyrs de l’Eglise.
Au-dessus du portail d’entrée, le tympan représentant Saint Maurice sur son cheval, œuvre de Fabisch, date de 1861. Une frise, de part et d’autre de Saint Maurice, représente les soldats de la Légion thébéenne ayant subi, avec lui, le martyr.
Deux niches latérales abritent Saint Laurent (St patron des carriers) et Saint Vincent (saint patron des vignerons). Primitivement, elles étaient dévolues à Saint Exupère et Saint Victor.

En pénétrant dans l’église, trois œuvres attirent l’attention :

  • ses magnifiques vitraux éclatant de couleur, signés du maitre verrier Lucien-Léopold Lobin de Tours, offerts par de généreux donateurs (chaque visage de saint ou de sainte reproduit les propres traits de ce donateur, la plupart étant des Couzonnais).
  • sa fresque qui orne le grand bandeau de l’abside. Elle a été réalisée par Fournereau en 1876. Il a mis 3 ans pour la peindre. Au centre, la Vierge en reine des martyrs, à droite, les martyrs de Lyon, et enfin à gauche, Saint Maurice et les soldats de la légion thébéenne.
  • un chemin de croix, œuvre de Charles Champigneulle, de Metz.
    Sont dignes d’intérêt : les quatre chapelles : Saint Charles de Borromé, de la Vierge, de Saint Joseph, et du Sacré cœur, avec leurs autels finement sculptés.

A noter : le Maitre Autel et la chaire à prêcher toutes deux œuvres de Charles Dufraine, ainsi que les fonds baptismaux dus à Aubert de Mornant ainsi qu’une vitrine forte que l’on peut découvrir pendant la messe.

LA MADONE

Erigée le 5 février 1888 à la suite d’une mission des Pères chartreux, elle domine le village au lieu dit La Vénagère.
Elle fut foudroyée et remise en place en 1893. En 1988 l’ensemble fut à nouveau restaurée.
La statue en bronze de trois mètres de haut peint est un moulage de la Vierge de Lourdes du sculpteur Lyonnais Fabisch.

LES CROIX (14 croix – 3 disparues)

LA CROIX DE LA BALME ET MAISON JACQUARD
Elle se dressait devant l’ancienne église au milieu du cimetière côté place Ampère. Datée de 1495, c’est la plus ancienne du village. Déplacée de quelques mètres en 1855 pour la construction de la nouvelle église, elle se trouve actuellement à l’angle de l’impasse Jacquard et de la montée Georges Lyvet.
Elle a été restaurée en 1571, 1727, 1801 et sous Louis Philippe entre 1830 et 1848.
En 1928 ayant été renversée et brisée par l’orage elle a été rétablie par les soins de Couzonnais. Elle est en pierres jaunes de Couzon et fer forgé et mesure 4,60 m au total.
A gauche de la Croix, se situe la maison Jacquard où la famille de Joseph-Marie Jacquard, inventeur du métier à tisser, habitait à Couzon.

LA CROIX DE L’ECORAN
Incrustée dans le mur d’une propriété au 22, rue Jacques Melckior Villefranche. La plus ancienne date connue serait 1619.

LA CROIX DE LA FONTAINE DE COUZON
Croix et niche (datées de 1827) sont bien visibles à l’angle des rues Rochon et J.M. Villefranche. En dessous, une excavation abrite une vierge (XVIIème) appelée « La vierge de la fontaine de Couzon ».

LA CROIX DE LA CHANOINE
S’appelait anciennement la croix des Auges. Située à l’angle de la rue Charles De Gaulle et de la rue Pierre Dupont, elle a été remontée à l’angle de la rue Aristide Briand en 1937, lors de la construction de la salle des fêtes. Puis, déplacée de nouveau vers 1960 pour faire place à une maison, elle a trouvé refuge dans le parc du château de la Guerrière. Sur son soubassement est gravé « Restée debout/pendant la révolution 1793/renversée par l’inondation de 1840/Relevée/par M.B. Goiran, Maire/Bénite par son EM le Cardinal/J.L.M. de Bonald/le 4 février 1843 ».

CHEMIN DE LA CROIX
Érigé en 1805 en l’honneur du passage du Pape Pie VII qui se rendait au mariage de Napoléon Bonaparte.

CROIX  DU ROCHON
Simple croix adossée au mur d’une habitation. Elle porte la date de 1822.

LA CROIX DU CIMETIÈRE
Placée en 1850, cette croix se situe au milieu de l’ancien cimetière. En 1893, elle est devenue la sépulture du Curé Camille Neyrat. Tombée en 2010 et refaite par Pierre Coret en 2013.

CROIX DE LA CHEVROTIÈRE
Cette croix a vraisemblablement été érigée par Jean Baptiste Sabot, prêtre (fin XVIIème début XVIIIème). Il était propriétaire du mur. Une grille en fer forgé avec le initiales J.B.S. fermant la niche au dessous accrédite cette paternité. Ensuite, c’est le neveu de J.B. Sabot appartenant à la famille de Ruolz qui héritera du domaine.

LA CROIX DU BEL ESPRIT
Juchée sur un mur de clôture à l’angle des rues Reverchon et Sulzbach, et placée au dessus d’une niche, cette croix doit son nom à Madame Gorrel, née Bellesprit qui possédait le clos derrière ce mur. Un esprit malin en a changé le sens avec l’orthographe !

LA CROIX SAINT-LÉONARD
Simple croix posée sur un mur chemin de Saint Léonard.

LA CROIX DU TIGNOT
Depuis 1360 environ, la croix du Tignot jalonne le chemin de la Fricoule, elle était à cette époque une croix limitative de juridiction entre Saint Romain et Couzon au Mont d’Or. Elle porte les dates de 1584-1884. C’est en 1584 que l’Archevêque Pierre d’Epinac vend la Seigneurie de Saint Romain à Odet Croppet. La date de 1884 serait celle d’une restauration. Elle est située actuellement sur le chemin appelé dans les archives le « Violet des processions » qui prend sur le chemin rural n°47 qui, lui-même, prend sur la route du Tignot. Elle a été restaurée en 1972 et en 1995 et a été réalisée en pierres dorées de Couzon et fer forgé.

D’autres croix ont disparu, celles de la Fricoule, de la Croix Vitaise, …

Loading...
Retour en haut
Aller au contenu principal